top of page

Questions au Gouvernement : j'interroge la Première ministre sur le récent vote du projet de loi immigration

À l’occasion des Questions au Gouvernement, le député des Pyrénées-Atlantiques, j'ai pu interpeller la première Ministre sur le récent vote de la loi immigration. J'ai rappelé la volonté des socialistes à continuer le combat contre ce texte, notamment à travers une saisie du Conseil constitutionnel.





« Madame la Première ministre,


Ce 19 décembre 2023 restera comme une date sombre dans l’histoire de la République. Un projet de loi sur l’immigration, inspiré du programme historique de l’extrême-droite de Jean- Marie Le Pen, a été adopté par le Parlement grâce voix du Rassemblement national.


Car malgré vos éléments de langages, les chiffres sont têtus : c’est bien les 88 votes « Pour » du RN qui vous permettent d’obtenir une majorité sur ce texte de la honte.


Préférence nationale dans l'attribution des aides sociales, déchéance de nationalité, remise en cause du droit du sol, durcissement du regroupement familial, attaques contre les étudiants étrangers et les étrangers malades, exclusion des étrangers sans papiers de l’hébergement d’urgence...


La minorité présidentielle avait fixé des lignes rouges, elles ont toutes été allègrement transgressées et ce sont désormais les lignes bleu marine qui sont franchies.


Vous avez tout cédé. Les amendements, les articles et surtout votre honneur. Cette loi Darmanin-Le Pen-Ciotti est une infâme loi de police des étrangers. Elle demeurera comme le moment où le mandat d’Emmanuel Macron s’est vautré dans le déshonneur.


En 2017 et en 2022, nous avons uni nos voix contre le Rassemblement National pour faire élire Emmanuel Macron. Ce temps est désormais révolu, puisque le gouvernement en est désormais le porte-voix. Le Président du barrage républicain est devenu celui du naufrage républicain

Ce texte a fracturé votre camp mais aussi le contrat social qui fonde notre République.


Aujourd’hui, j’ai honte pour vous. Vous, collègues, qui comme moi êtes issu de l’immigration et qui, mêlant vos voix à l’extrême droite, avez permis l’adoption de ce texte.


Si ce texte était en vigueur à l’arrivée de vos parents ou de vos grands-parents, vous ne seriez pas ici.


En ce triste jour, je pense aussi et surtout à nos concitoyens, enfants d’étrangers, qui ont bénéficié des aides sociales qui leur ont permis d’étudier sereinement à l’école de la République, à ceux qui ont pu bénéficier automatiquement de la nationalité française grâce au droit du sol qui fait l’honneur de notre pays.


C’est pour elles, c’est pour eux que les parlementaires socialistes continueront le combat contre votre loi. En faisant voter un texte largement inconstitutionnel vous avez ajouté l’irresponsabilité à l’indignité. Avec nos collègues de gauche, nous saisirons le Conseil constitutionnel. »

Comments


bottom of page