top of page

Table ronde sur les évolutions du droit des médias

 

Madame la Présidente,

 

Mesdames et Monsieur,

 

Une des évolutions face à laquelle il nous faut, à mon sens, légiférer est la concentration croissante du secteur. Cette concentration fragilise l’indépendance de l’information et sa crédibilité.

 

Dans un contexte caractérisé par un interventionnisme croissant de certains actionnaires, les rédactions pourraient utilement avoir le droit de s’opposer, par un vote majoritaire, à la nomination d’un directeur de la rédaction. À ce titre, la société des rédacteurs du Monde est un excellent modèle. Elle dispose d’un double droit de regard sur la nomination ou l’éviction d’un directeur de la rédaction.

 

Il me semble nécessaire de mieux concilier liberté d’entreprendre et liberté des médias toutes deux garanties par notre Constitution. Dans le silence de la loi, la première tend dangereusement à prendre le pas sur la seconde.

 

Ce droit d’agrément, proposé par les organisations et associations ayant participé aux états généraux de la presse indépendante, et qui bénéficierait aux rédactions du secteur de la presse écrite comme du secteur audiovisuel, aurait permis aux journalistes du Journal du dimanche de sauvegarder leur indépendance.

 

C’est une proposition que j’ai faite, en mon nom, à l’issue de la mission d’évaluation de la loi Bloche que j’ai menée pendant plusieurs mois avec la présidente Isabelle Rauch.

 

J’aimerais alors recueillir votre avis sur l’instauration d’un droit d’agrément et plus globalement sur la mise en place d’outils légaux à disposition des journalistes pour leur permettre de faire valoir leurs libertés face à la place grandissante prises par celles de l’actionnariat.

 

Je vous remercie,

Commentaires


bottom of page