top of page

Audition de madame Rachida Dati, ministre de la Culture

La Commission des affaires culturelles et de l'Éducation a auditionné, le 19 mars 2024, la ministre de la Culture. J'ai pu l'interroger sur l'avenir de l'audiovisuel public mais également sur l'importance de la culture en ruralité.


Merci Madame la Présidente,

 

Madame la Ministre,

 

Le 12 mars dernier, vous déclariez au Sénat vouloir une réforme de l’audiovisuel public « avant l’été ». C’est à ce titre que je souhaiterais vous interroger aujourd’hui.

 

Sur le sujet de la gouvernance unique et la fusion potentielle de Radio France et de France TV, je voudrais d’abord vous sensibiliser sur le fait que les services fonctionnent bien et qu’une refonte massive sans réelles plus-values risque d’affaiblir nos médias, d’ajouter de la complexité bureaucratique ou des rivalités entre rédaction dans le cadre d’une direction financière commune par exemple. In fine, la mutualisation fait toujours craindre une recherche d’économie future au détriment de l’accès à une information de qualité. Autant de risques synonymes d’une perte d’efficacité et de puissance de notre audiovisuel public.

 

Madame la Ministre, quel est votre regard sur les craintes exprimées par les acteurs ?

 

Sur le sujet de la sanctuarisation du financement de l’audiovisuel public, elle est indispensable face à la suppression hâtive et impréparée de la redevance TV. Pouvez-vous vous engager aujourd'hui à ce que cette réforme aboutisse cette année ? On connait les difficultés que votre prédécesseuse a eu pour négocier une telle réforme, avez-vous pu obtenir les arbitrages nécessaires ? Nous prônions la mise en place d’une contribution à l’audiovisuel public, universelle et progressive, sur le modèle nordique. Pour rappel vous substituez une redevance par une fraction de la TVA, payée aussi par les Français.

 

Enfin je souhaiterais soulever le sujet de l’accès à la culture en zones rurales et notamment le nécessaire soutien aux initiatives locales. C’est une question d’égalité d’accès à la culture pour tous les habitants et notamment, ceux des territoires ruraux, moins touchés par les politiques culturelles de notre pays. Je pense en particulier à ces centres expérimentaux d’arts, ces tiers lieux, ces associations locales qui naissent et se développent dans des zones avec une offre culturelle très limitée comme Lacaze aux Sottises à Orion, village de 150 habitants dans ma circonscription ou L’Espace Jéliote à Oloron récemment labellisé centre national de la marionnette. Vous êtes la bienvenue.

 

Ce sont des acteurs qu’il faut nécessairement encourager car ils contribuent à rapprocher les habitants et renforcer l’attractivité locale.

Il nous faut soutenir ces projets qui occupent une place importante dans la vie des familles en ruralité. Quelle sera votre feuille de route sur ce sujet et les moyens nécessaires alloués ?

Comments


bottom of page